Article

Maritime et fluvial : un secteur en vogue

SEMAINE DES METIERS DU MARITIME. Avec 11 millions de kilomètres carrés de zone économique exclusive, la France dispose du deuxième espace maritime mondial. En 2022, la branche du maritime et du fluvial représentait près de 100 milliards d’euros en valeur de production. Toujours plus dynamique, la filière est à la croisée de très nombreux enjeux, entre tradition et innovation.

Publié le  02/04/2024

L’année 2025 devrait être « l’année des océans » selon une déclaration du président de la République. Fort de son important potentiel lié à la combinaison des atouts géographiques et économiques, le secteur ne cesse en effet de se développer ouvrant la voie à une multitude de métiers . Après les États-Unis et bien avant l’Australie et la Russie, la France, présente dans tous les océans grâce aux territoires ultramarins, îles ou archipels, tels que la Guadeloupe, La Réunion, les Terres Australes ou encore la Nouvelle Calédonie, possède la deuxième plus grande zone économique exclusive du monde. Si la façade maritime territoriale (bande côtière de la Manche, l’Atlantique et la Méditerranée) ne représente que 3 % du domaine maritime français, elle est bien intégrée à la mondialisation. 

Aménagement, logistique, stratégie… les sous-domaines de ce vaste secteur sont divers et nombreux. De la start-up aux grands groupes, des écoles et universités aux laboratoires, la France compte par ailleurs plusieurs leaders mondiaux dans les secteurs clés de l’économie. Comment s’organise cette filière, entre tradition et innovation ? 
 

Les secteurs traditionnels 

 

  • Transport et logistique : ce secteur représente sans conteste les activités les plus importantes dans l’économie de la branche (plus de 35 % en termes de valeur produite). 
  • Industrie navale et nautique : ce secteur est porté par un savoir-faire technique et servi par une recherche maritime de haut niveau, une excellence opérationnelle, et un vrai dynamisme commercial. Les paquebots, les navires militaires, les opérations d’entretien et la plaisance font partie des spécificités françaises reconnues. 
  • Pêche et aquacultures : la pêche et les produits de la mer génèrent une valeur conséquente de 11 milliards d’euros.  La part de l’aquaculture, qui consiste à élever des poissons, des coquillages ou des crustacés et qui se pratique en bord de mer, dans des étangs et rivières, devient de plus en plus importante dans le secteur. Accompagnant une réflexion sur la consommation intelligente des ressources des fonds marins et qui ouvre aujourd’hui la voie à une évolution voire une transformation des métiers du secteur. 
  • Énergie fossile et renouvelable : avec une valeur de 15 milliards d’euros, le pétrole et le gaz produits en France via le secteur maritime représentent une part conséquente du secteur, mobilisant des savoir-faire et des filières variées.  
  • Câbles sous-marins : un incroyable réseau de câbles entrelacés sous l’eau (de 1 000 000 de kilomètres), sert à acheminer des télécommunications ou transporter de l’énergie électrique. 99 % des communications, dont les ordres financiers, passent ainsi par des câbles sous-marins. La France peut se targuer d’accueillir sur son territoire des acteurs essentiels dans ce domaine dont les enjeux sont certes industriels mais aussi éminemment politiques. 
  • Tourisme et loisir : en bord de mer ou près des rivières et fleuves, le tourisme maritime est en plein essor à travers notamment les croisières, les activités de plaisance et les pratiques sportives et/ou récréatives.  

Les secteurs émergents 

Au cœur des stratégies économiques, sociales et politiques, la branche maritime et fluviale voit l’émergence d’industries et de stratégies liées aux nouveaux besoins contemporains. 

  • Les énergies renouvelables : au cœur des préoccupations actuelles, l’industrie des éoliennes en mer est un secteur en plein essor. 
  • Les ressources en minerais et biochimiques : alors que les fonds sous-marins sont des ressources minérales méconnues, la France a l’opportunité de valoriser son potentiel géologique. À noter, la France est le premier producteur européen de biotech marines, utilisées en santé, nutrition, chimie, énergie et matériaux. 
  • Le renouveau de la filière piscicole : les questions environnementales relatives à l’aquaculture et la filière piscicole ouvrent la voie à des mutations importantes dans ces domaines. Mieux élever la production, mieux entretenir et préserver le milieu et par-là même mieux nourrir la population, en sont les objectifs cruciaux. 
  • Transport et tourisme vert : enfin, repenser le transport fluvial et maritime, adapter et pourquoi pas réinventer le tourisme littoral tout en conservant son attractivité, font partie des enjeux d’avenir, que ce soit au niveau de la construction des navires ou de la manière de pratiquer ce type de tourisme. Le transport maritime ou fluvial reste le transport le moins polluant et le plus économique. Alors, pourquoi ne pas voguer vert ?  

Des secteurs transverses 

L’évolution du secteur maritime et fluvial rejoint des préoccupations communes à d’autres secteurs, en termes de décarbonation de l’industrie, de transformation numérique et de recrutement - le secteur pourrait représenter un million d’emplois d’ici 2030. Les impacts environnementaux au centre des réflexions, l’évolution des formations est capitale. 
Les implications se situent dans bien des filières : les infrastructures matérielles autant qu’aux outils numériques, les services et l’économie de marché, la sureté, la sécurité et la surveillance, mais aussi et bien sûr les sciences et les innovations. Enfin, c’est un secteur où l’accès à l’égalité professionnelle femmes-hommes reste à conquérir. 

Riche d’une économie forte et bien installée, ainsi que d’une grande diversité de champs d’action, le secteur du maritime et du fluvial offre une voie d’avenir sûre et au cœur d’enjeux déterminants. 

Liens utiles : 
https://www.cluster-maritime.fr/le-cmf/a-propos-du-cmf/ 
https://www.vie-publique.fr/parole-dexpert/281092-la-france-une-puissance-maritime

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

86,0 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par France Travail. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national.

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ex : 33000

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.