Article

Les Clés de l'insertion, un programme pour l'emploi des jeunes

Après la première session de stage organisée en juin dernier avec la Mission locale de Gennevilliers (92), focus sur Les Clés de l'insertion, un projet associatif expérimental destiné à soutenir des jeunes en recherche d'un emploi ou d'une formation. Au programme : sport, développement personnel et projet professionnel.

Publié le  22/09/2023

Au départ, un podcast dédié à l'insertion professionnelle

« Les Clés de l'insertion », c’est d’abord le nom d'un podcast, créé par Hachemy Kane en 2020 sur le thème de l'insertion professionnelle, alors que la crise du Covid voit fleurir un certain nombre d'initiatives solidaires. Le but de l’ancien éducateur spécialisé, responsable de service jeunesse dans une municipalité puis délégué du préfet en Seine-et-Marne (77), est alors « d'aller à la rencontre de personnes ayant grandi dans des quartiers, et ayant atteint leur objectif » pour recueillir leur témoignage et ainsi « ouvrir des perspectives aux jeunes qui se mettraient des limites ». 

Des auditeurs du podcast soumettent à son créateur l'idée de lancer un programme d'accompagnement pour les jeunes rencontrant des difficultés dans leur insertion professionnelle. Hachemy Kane crée alors l’association Les Clés de l'insertion, et décide de fédérer différents partenaires pour construire un programme de stages destiné à « remobiliser » les jeunes connaissant des difficultés dans leur parcours. 

Son projet trouve un écho dans les Hauts-de-Seine (92). Ainsi, c'est avec la Mission locale de Gennevilliers qu'une première expérience est lancée. Pendant cinq jours, l'objectif est de travailler autour de trois axes avec les jeunes : « Le sport pour apprendre à se dépasser, le développement personnel, et le projet professionnel ». 
 

Anes_art_org.jpg

 

Un projet soutenu par la préfecture des Hauts-de-Seine

Du 26 au 30 juin, pour cette première expérimentation soutenue par l'Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), 17 jeunes ont été accueillis (13 originaire de Gennevilliers et quatre d'Antony) dans les installations du Centre de ressources d'expertise et de performance sportive (CREPS), à Châtenay-Malabry. La démarche a ainsi été soutenue par la préfecture des Hauts-de-Seine, notamment avec l'appui de Nadège Renet-Binkina, la déléguée du préfet œuvrant sur le territoire de Gennevilliers et ses quatre quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). 

« Au quotidien, ce sont des jeunes qui sont suivis par la Mission locale, et certains le seront par Pôle emploi. L'objectif pour l’État, c'était de mettre des moyens pour travailler pendant une semaine, de manière beaucoup plus intense, dans un cadre qui est celui du CREPS, avec une priorité pour les métiers de la sécurité et liés aux Jeux olympiques et Paralympiques 2024 (JOP 2024) », partage la représentante de l’État. Elle précise que ce « projet a notamment été ficelé pour des jeunes en rupture pour la plupart, dont certains sont accompagnés par un Contrat d'engagement jeune (CEJ), suivis par le Plan régional d'insertion pour la jeunesse (PRIJ) et la Mission locale de Gennevilliers ».

Pour la prochaine session de stage, prévue la semaine du 6 au 10 novembre 2023 pour des jeunes du sud des Hauts-de-Seine, le lien avec Pôle emploi devrait être renforcé, avec par exemple l'objectif que « Pôle emploi anime un atelier auprès des jeunes », explique-t-elle. Aussi, le programme devrait être reproduit sur d'autres territoires des Hauts-de-Seine, avec comme but global de lever au maximum les freins à l'insertion des jeunes en difficulté face à l'emploi. Nadège Renet-Binkina estime également que ce programme pourrait à l'avenir être enrichi par l'intervention d'autres associations pour « compléter l'offre proposée aux jeunes », notamment sur les questions de la mobilité et de la linguistique, dans la perspective des JOP 2024 et de son public international.
 

Une semaine pour se remobiliser

Parmi les jeunes accueillis lors de ce stage, il y a par exemple Abdou, 19 ans, qui après un parcours en Section d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) a obtenu un bac pro spécialisé en électricité. « J'avais les capacités d'aller en général mais je ne voulais pas vraiment y aller. Et j'en ai subi les conséquences en allant dans un bac pro électricité », explique-t-il. Des années dont il garde un souvenir « mitigé ». 

Quand les conseillers de la Mission locale de Gennevilliers lui parlent du stage organisé par l’association Les Clés de l'insertion au CREPS, à Châtenay-Malabry, il est attiré par les activités sportives mises en avant. Tous les jours, les jeunes ont en effet pu participer à différentes activités sportives, profitant des infrastructures de qualité. Le reste de la journée était consacré à différents ateliers dédiés aux postures professionnelles ou encore à la prise de parole en public. Les jeunes étaient également reçus individuellement pour discuter de leur projet : « Cette semaine avait vocation à les orienter vers un projet abouti, c'est-à-dire tangible, et ça, on a réussi à le faire », se félicite le président de l'association. Pendant cette semaine, les hôtes du CREPS ont par ailleurs présenté aux jeunes leurs formations aux métiers du sport.
 

Des rencontres inspirantes

Les journées se terminaient avec les témoignages de différentes personnalités qui ont réussi dans leur domaine. Leur point commun ? Un parcours non linéaire, mais qui, à force de détermination, les a vus progresser vers la réussite. Ainsi, parmi les invités figuraient Mama Sy, conseillère régionale d’Île-de-France et éducatrice, le rappeur Nessbeal, l'athlète Eunice Barber ou encore Yacine Ziouche, kinésithérapeute travaillant auprès de sportifs professionnels. 
Abdou a particulièrement apprécié cette partie du programme : « Le soir, ils parlaient de leur vécu, de leurs galères, et ça m'a fait du bien », explique-t-il. Comme Nessbeal, racontant qu'au fil de son parcours, « il n'a jamais été le meilleur rappeur », « mais celui qui travaillait le plus », rapporte Hachemy Kane. 

L'échange d'expériences était aussi au cœur du travail des encadrants avec les jeunes, comme l'explique Rym Blimi, professeur de sport qui épaulait Hachemy Kane, avec d'autres intervenants : « Nous étions là pour parler avec les jeunes, et pour être un peu des sources d'inspiration pour eux, du fait de notre parcours ».  
 

Travailler le savoir-être

De ces témoignages et ateliers, Abdou retient tout particulièrement l'importance du savoir-être, évoquée par certains intervenants : « Parfois, il faut savoir changer de codes. Par exemple si je me retrouve à Paris ou ailleurs, il faut que je sache m’adapter ». Le jeune homme rêve de cinéma, mais estimant ce projet incertain, il entre en BTS immobilier cette année. Il a apprécié que le stage tienne ses promesses par rapport au programme annoncé, et considère qu'il l'a aidé à se remotiver pour son projet professionnel. 

Aboubacar, un autre jeune ayant participé au stage, a apprécié le contenu sportif tout au long de la semaine, tout comme les présentations qu'il a jugées « utiles » et « pleines de bons conseils ». Aspirant à créer un jour son entreprise, il a l’intention de se renseigner sur Les Déterminés, un programme d’accompagnement gratuit à l'entrepreneuriat qu’il a découvert pendant le stage. 
afin de s'assurer que la dynamique menant à l'insertion est bien lancée, l'association Les Clés de l’insertion accompagne les jeunes pendant une durée de trois mois après la fin du stage.

Lire aussi : Génération Z : leurs attentes vis-à-vis du marché du travail 
 

Plus d'actualités

Article

France Travail continue à œuvrer pour un [...]

Le 26 janvier 2023, France Travail a renforcé sa sa palette de dispositifs de lutte contre toutes les formes de discriminations par la signature de la Charte d’Engagement LGBT+ portée par l’Autre Cercle, association française de référence pour l’inclusion des personnes LGBT+* au travail. Fort de 55 000 agents, le cœur de métier de France Travail repose sur son capital humain. L’organisation ambitionne donc d’être à la hauteur des défis posés par les enjeux contemporains d’égalité au travail.

Article

« L’attractivité des métiers du soin est une [...]

L’attractivité des métiers de la santé et du soin à domicile est un véritable enjeu de société, selon Yves Piot, Responsable du pôle Juridique d’Adédom, la fédération nationale qui défend et soutient le développement des activités des associations et des structures gestionnaires à but non lucratif œuvrant dans l’aide, le soin à domicile et les services à la personne. Rencontre.

Opinions

Jérôme Fourquet, directeur du département [...]

La question est volontairement provocante mais dit bien la transformation fondamentale en cours dans le monde de l’entreprise. Changement du rapport au travail, diffusion du télétravail, aspirations au sens et à l’utilité, priorité à l’individualisme et à l’épanouissement personnel, refus de la carrière linéaire, modification du rapport de force employeurs-employés, accélération technologique : l’entreprise est fragilisée dans son espace-temps (tout le monde ne travaille plus en même temps, dans le même lieu) et percutée de tous côtés dans sa forme traditionnelle.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

86,2 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par France Travail. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national.

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ex : 33000

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.