Male and female computer programmers working at desk in creative workplace

Article

Incubateur Pôle emploi : l’utilisateur au cœur de la conception de l’offre de service

Accompagner l’émergence de services digitaux innovants, au plus près des besoins des usagers, telle est l’ambition de l’Incubateur de Pôle emploi. Rencontre avec ses co-responsables, Miguel Mogollon, chef du département incubation à la Direction de l’expérience utilisateurs et du digital (DEUD), et Nicolas Delahaye, responsable du département Nouvelles modalités de recrutement à la Direction des systèmes d’information (DSI).

Publié le  22/02/2023

Quelle est la vocation de l’Incubateur Pôle emploi ?

 

miguel_magollon_art_org.jpg

 

 

Miguel Mogollon : Dans sa forme actuelle, cet incubateur de start-up d’Etat existe depuis 3 ans et demi. Ce dispositif s’inscrit dans la continuité d’un programme d’intrapreneuriat pionnier lancé par Pôle emploi en 2014, dans le cadre de beta.gouv.fr, l’Incubateur de services publics numériques de l’État. La vocation de notre Incubateur est de résoudre les irritants des demandeurs d’emploi ou des recruteurs par des solutions digitales. Ces irritants peuvent émaner d’intrapreneurs - notamment des agents Pôle emploi issus du terrain -, de directions métiers de l’Etablissement ou de partenaires externes comme le ministère du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion ou la Direction Générale des Finances Publiques (DGFP), entre autres. Au sein de l’Incubateur, nous étudions ensemble leur problème, puis nous identifions et testons une solution avant de la mettre en œuvre et de la faire croitre si ses bénéfices pour l’utilisateur sont avérés. 

 

nicolas_delahaye_incubateur_art_org.jpg

 

 

Nicolas Delahaye : Notre ambition est de faire incuber des produits innovants, réellement utiles et utilisés par les demandeurs d’emploi ou les entreprises. Dans son portefeuille, l’Incubateur compte déjà 19 produits. Notamment des services digitaux comme La Bonne Boite, qui facilite des candidatures spontanées sur le « marché caché », le simulateur Estime, qui permet aux demandeurs d’emploi de découvrir le montant de leurs aides en cas d’embauche et les incite à postuler, ou encore l’application Mes évènements emploi, déployée pour le moment en Île-de-France, qui donne la possibilité aux candidats de s’inscrire à tous les évènements organisés par Pôle emploi. En externe, le service Avril, qui simplifie les démarches de VAE (Validation des acquis de l’expérience), a été conçu en lien avec le ministère du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion dans le cadre de l’expérimentation Reconnaître et valider (REVA).

 

 

Comment procédez-vous ?

M. M. : Notre démarche met l’utilisateur final au centre de la conception de l’offre de service, et entend limiter les risques et les dépenses inutiles. Elle permet de valider chaque étape de la création d’un produit numérique, d’en mesurer l’impact et les bénéfices. Lors d’une première phase d’exploration d’1 mois, nous nous assurons de la pertinence du problème et nous identifions une solution. Le cas échéant, un prototype est expérimenté sur un échantillon d’utilisateurs pendant 2 mois. Si le résultat est probant, l’incubation entre dans une phase de lancement de 4 mois, avec une mise en production sur un territoire pilote. Si la solution est validée, vient ensuite une phase de croissance de 9 mois, avec des objectifs de généralisation à grande échelle. Une dernière phase de transition de 3 mois vise à faciliter l’intégration du nouveau produit dans l’offre de service de Pôle emploi et le système d’information. 

 

« Notre objectif est de résoudre les irritants des demandeurs d’emploi ou des recruteurs par des solutions digitales. »

Miguel Mogollon,
chef du département incubation à la Direction de l’expérience utilisateurs et du digital (DEUD)

 

N. D. : La notion d’arrêt ou de pivot est très importante dans notre méthode : c’est elle qui nous rend légitime au sein de notre écosystème. Si au cours de l’exploration ou des expérimentations nous nous apercevons que le produit ne répond pas aux besoins des utilisateurs ou que son retour sur investissement est faible, nous pouvons l’abandonner ou lui faire prendre un autre chemin en le transformant ou en le fusionnant avec un autre produit. En tant qu’incubateur, nous avons une posture de facilitateur. Nous laissons un maximum d’autonomie aux équipes produits impliquées. A chaque étape, des comités d’investissement - auxquels participent des sponsors internes et/ou externes à Pôle emploi - décident s’il est pertinent ou non de poursuivre l’incubation. 

 

« L’Incubateur montre la voie de la transformation de Pôle emploi sur la création et la production de services digitaux »

Nicolas Delahaye,
responsable du département Nouvelles modalités de recrutement à la Direction des systèmes d’information (DSI).

Les résultats sont-ils au rendez-vous ?

M. M. : Nous sommes de plus en plus sollicités : nous avons plus que doublé de taille en 3 ans ! Jusqu’ici, nos produits venaient en complément de l’offre de service de Pôle emploi. Désormais, on nous fait confiance pour faire incuber des services d’envergure, amenés à être positionnés au cœur du métier des conseillers de Pôle emploi ou dans le quotidien des demandeurs d’emploi. Nous allons notamment commencer une exploration sur l’espace numérique du futur Guichet unique de l’emploi France Travail. C’est un sujet très structurant, transverse et complexe, au cœur de l’offre de service. Nous allons jouer un rôle important pour défricher de nouvelles idées, tout en limitant les risques. L’Incubateur donne par ailleurs l’opportunité aux intrapreneurs de développer de nouvelles compétences émergentes en UX Design (expérience client) ou en management de produit. Ces savoir-faire vont pouvoir se diffuser dans toutes les directions de Pôle emploi, ainsi que dans l’écosystème public.

 

N. D. : L’Incubateur s’installe de plus en plus dans le paysage de Pôle emploi. Plus de 85 personnes ont déjà été embarquées en interne et en externe. Au-delà des intrapreneurs, on mobilise de plus en plus d’agents au sein des directions métiers de Pôle emploi, qui occupent des fonctions de product manager. Le fait que nous soyons sollicités sur le chantier stratégique de France Travail pour incuber de nouveaux sujets prouve qu’il y a une vraie reconnaissance de notre travail. Quatre de nos incubations vont démarrer sur des thématiques comme la formation ou en lien avec le monde de l’entreprise. Nous allons aussi travailler sur un back-office pour les partenaires de France Travail. L’Incubateur montre véritablement la voie de la transformation de Pôle emploi en matière de création et de production de services digitaux. Ce n’est qu’un début, nous allons continuer à monter en puissance.

 

Plus d'actualités

Opinions

Jérôme Fourquet, directeur du département [...]

La question est volontairement provocante mais dit bien la transformation fondamentale en cours dans le monde de l’entreprise. Changement du rapport au travail, diffusion du télétravail, aspirations au sens et à l’utilité, priorité à l’individualisme et à l’épanouissement personnel, refus de la carrière linéaire, modification du rapport de force employeurs-employés, accélération technologique : l’entreprise est fragilisée dans son espace-temps (tout le monde ne travaille plus en même temps, dans le même lieu) et percutée de tous côtés dans sa forme traditionnelle.

Article

France Travail adopte son premier schéma de [...]

En adoptant son premier schéma de promotion des achats socialement et écologiquement responsables (SPASER), France Travail renforce son engagement pour des achats socialement et écologiquement responsables. Et réaffirme sa mobilisation en faveur d’une action publique durable.

Article

« Tous les candidats souhaitant prendre part à [...]

Faire des Jeux de Paris 2024 un moment sportif et de partage inoubliable, telle est la mission du Comité d’organisation des Jeux olympiques (COJO), qui entend aussi se saisir de cet évènement comme d’un levier d’insertion et de retour à l’emploi. Explication avec Chantal Lasnier, Directrice déléguée Talents & Diversité au sein du COJO.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

86,0 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par France Travail. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national.

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ex : 33000

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.