Article

VTE Vert, 264 entreprises l’ont déjà adopté !

La hausse du prix de l’énergie contraint les entreprises à optimiser leurs modes de production. Le dispositif Volontariat Territorial en Entreprise (VTE) Vert – financé en partie par Bpifrance, l’ADEME et l’État – offre une aide de 12 000 € pour l’embauche d’un jeune, diplômé ou en formation, à un poste entièrement dédié à la transition écologique et énergétique d’une PME ou d’une ETI. Explications et illustration dans le Morbihan (56).

Publié le  20/10/2022

Créé en 2018 pour rapprocher les jeunes diplômés des entreprises, le Volontariat Territorial en Entreprise (VTE) a bénéficié en janvier 2021 d’une extension Verte pour réunir des chefs d’entreprise et la génération montante de jeunes talents avec un objectif partagé : le respect de l’environnement. Cette nouvelle version permet aux entreprises françaises qui souhaitent accélérer leur transformation énergétique d’obtenir une subvention de 12 000 € pour créer un nouveau poste. 

Avec la crise énergétique, le VTE Vert est devenu en quelques semaines une opportunité d’actualité. « Effectivement c’est un dispositif porteur en ce moment, dit Hélène Clément qui se trouve au cœur du dispositif en tant que directrice de Bpifrance Université. Quand les entreprises ont besoin de faire des économies d’énergie, c’est vraiment l’occasion de changer ses process, de modifier sa façon de fonctionner pour s’adapter à cette nouvelle donne. Le VTE Vert est conçu pour cela. »  


 

Un dispositif bien cadré

Un poste de VTE Vert est accessible aux diplômés de moins de deux ans à partir de bac +3 ou aux étudiants en cours de formation et ceci sans critère d’âge. Il s’agit d’une embauche en CDD ou en CDI ou, pour les étudiants, d’un contrat d’alternance d’un an minimum. La mission confiée au VTE Vert est forcément en lien avec des thématiques environnementales et directement liées aux métiers de l’entreprise. Attention, il ne s’agit en aucun cas d’un stage d’observation, encore moins de la rédaction d’un rapport d’intentions qui restera dans un tiroir, mais bien d’un poste à responsabilité où la personne embauchée contribue « pour de vrai » à la transformation d’une organisation. Les missions varient en fonction des besoins de l’entreprise. Dans le Morbihan, une entreprise a embauché un VTE Vert pour seconder le responsable chargé d’obtenir une norme très technique. (voir ci-dessous). 

 

Une aide sous conditions

Avant de prétendre à l’obtention des 12 000 € d’aide, l’entreprise intéressée doit obtenir une labellisation auprès des services de Bpifrance qui examinent la dimension réellement écologique du projet.  « Une épicerie bio qui souhaiterait embaucher un VTE Vert pour faire sa comptabilité n’aurait pas le label, explique Hélène Clément, car cela ne changerait rien à son fonctionnement. En revanche, une fonderie qui embauche un VTE Vert pour récupérer de la matière et revoir le cycle de ses produits, ce n’est pas pareil. Il faut annoncer un changement, une mutation dans l’organisation. »
 
Un comité de pilotage composé de représentants des organismes qui financent l’aide, l’ADEME, la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) et Bpifrance, statuent tous les mois sur l’éligibilité de chaque demande. 162 dossiers de labellisation ont ainsi été refusés depuis la mise en place du dispositif. « Il y a à ce jour 264 VTE Vert labellisés, précise la responsable de Bpifrance et 245 aides ont été accordées ».  Celles-ci sont versées invariablement un an après la prise de poste « Car il peut y avoir un écart entre la mission annoncée et sa réalisation, ce que nous vérifions sur pièces en demandant des justificatifs », ajoute Hélène Clément. 


 

500 VTE Vert à partir de 2023

160 postes de VTE Vert ont été créés en 2021. Bpifrance, qui enregistre actuellement entre 30 et 40 labellisations par mois, devrait en compter plus de 200 à la fin de l’année 2022 et en espère 500, voire plus, les années suivantes.  « C’est un objectif tout à fait atteignable, affirme Hélène Clément, car toutes les entreprises ont besoin de se transformer, de modifier leur consommation d’énergie, leurs approvisionnements ou leur process de fabrication. C’est souvent un sujet que les dirigeants ont à l’esprit mais qu’ils n’ont pas le temps de gérer eux-mêmes. Le VTE Vert est pour eux une ressource. D’ailleurs la plupart restent dans l’entreprise une fois leur mission accomplie. » 

 

« Ce dispositif VTE Vert, c’est gagnant-gagnant »

Bénédicte Jézéquel
cofondatrice et présidente de Silvadec, le leader européen du bois composite,

Basé dans le Morbihan (56), Silvadec exploite depuis 2001 une technologie unique qui consiste à mélanger de la farine de bois, de la poudre de plastique et des additifs. La matière ainsi obtenue est ensuite transformée en lames de terrasse, façades, clôtures ou portillons. 

« Notre objectif est d’obtenir du composite 100% recyclé en 2025 », explique Bénédicte Jézéquel, 53 ans, cofondatrice et présidente de Silvadec qui emploie 120 personnes en Europe. « Nous sommes dans une dynamique d’amélioration continue pour réduire notre empreinte écologique. Dans cette perspective, nous avons décidé il y a un an et demi d’obtenir la certification ISO 50 001 pour optimiser nos dépenses énergétiques dans le but de les réduire. »


 

Seconder l’ingénieur maison

Nikolaï Salzrard, 23 ans, est alternant VTE Vert ; il a été embauché au titre d’ingénieur référent junior pour seconder l’ingénieur sécurité environnement et énergie maison chargé de cette mission. Étudiant en deuxième année à l’École nationale supérieure d’ingénieurs de Bretagne Sud-est (ENSIBS) de Lorient, il a été choisi parmi une dizaine de candidats. En alternance, il dispose depuis un an d’un bureau en permanence au siège de Silvadec à Arzal où il s’installe un mois sur deux et plus longtemps pendant les vacances scolaires. 

Décrocher une norme ISO adoptée par 61 pays n’est pas simple. « Il a fallu réaliser une analyse énergétique de toutes les machines de notre parc industriel, explique la PDG. Et beaucoup investir dans des systèmes de mesure. On s’est aperçus, par exemple, que les aspirateurs de poussières qui tournent en permanence dans nos trois usines étaient énergivores. Il a fallu installer des variateurs de fréquence sur les moteurs pour adapter leur puissance au niveau d’utilisation. »


 

Assurer le plan de sobriété énergétique

Nikolaï a participé pleinement à cette aventure. Sa mission était de collecter les données du système de mesurage en s’assurant de leur fiabilité. Dès son arrivée, en octobre 2021, Silvadec lui a offert une formation sur la norme ISO 50 001 et ouvert l’accès aux conseils d’un cabinet spécialisé.  « Cette formation m’a complètement rassuré. J’avais hâte de commencer. » Nikolaï a travaillé tout l’été à l’analyse de la consommation des machines en électricité à partir des données collectées dans l’usine. « Ce dispositif VTE Vert, c’est gagnant-gagnant, résume Bénédicte Jézéquel. Nikolaï peut se targuer d’avoir mis notre système de production en conformité à une norme extrêmement technique. Maintenant, son travail va consister à faire vivre notre système de management de nos consommations d’énergie et l’optimiser pour assurer notre plan de sobriété énergétique. »

Quant à Silvadec, elle a obtenu la certification ISO 50 001 en juillet dernier. L’entreprise projette de lancer prochainement un centre de recyclage des plastiques et d’engager pour cela un second VTE Vert. 

 

Lire aussi : Pour une transition écologique créatrice d’emplois

 

Plus d'actualités

Article

Industrie pharmaceutique : une énergie moteur pour [...]

SEMAINE DES METIERS DE L'INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE. En pleine transformation, la filière pharmaceutique diversifie ses leviers de recrutement, notamment dans le digital et les biotechnologies. Fruit du partenariat entre le syndicat des entreprises du médicament (LEEM) et Pôle emploi, cette semaine événementielle, du 2 au 6 octobre 2023, met en lumière une filière encore trop méconnue. Tour d’horizon avec Arnaud Chouteau, Directeur emploi formation au LEEM.

Article

« En Allemagne, la formation se fait à 80% dans [...]

Frédéric Turlan, spécialiste des relations industrielles en Europe, revient sur les spécificités du système d’apprentissage allemand, ses points forts et ses limites.

Article

Métiers du soin : des professionnels fiers [...]

Les métiers du soin sont essentiels, notamment pour les publics les plus fragiles à l’instar des personnes âgées. Ce sont des métiers de vocation, qui font du bien à ceux qui les exercent comme à ceux qui en bénéficient. Ce sont aussi des métiers qui méritent d’être connus et valorisés, et c’est toute la démarche de Pôle emploi, qui est à l’initiative de Fiers d’être utiles, un web-documentaire consacré à ce secteur.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

86,2 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par France Travail. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national.

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ex : 33000

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.