Moissonneuse au travail dans les champs de blé en été

Article

L'agriculture en campagne de recrutement

Du samedi 22 février au dimanche 1er mars, le salon de l'agriculture va, comme chaque année, se tenir à Paris, porte de Versailles. L'occasion de se pencher sur les recrutements dans le secteur.

Publié le  21/02/2020

Deuxième employeur de France, le monde agricole est au cœur d'importants enjeux : qualité de l'alimentation, écologie, niveau de vie des agriculteurs. Le secteur reste un grand pourvoyeur d'emplois, et connaît de nombreuses évolutions.

Un secteur aux importants besoins de recrutement

Ce mardi 18 février, la présidente du 1er syndicat agricole, la FNSEA, égrenait quelques chiffres. Selon elle, le secteur agricole propose actuellement près de 70 000 postes à pourvoir. « Notre secteur recrute, nous proposons chaque année un million de contrats à durée déterminée, 32 000 contrats à durée déterminée, et nous formons 80 000 apprentis, mais nous avons toujours 70 000 postes non pourvus ». C'est ce que déclarait Christiane Lambert, lors d'une conférence de presse consacrée au salon de l'agriculture. Parmi les initiatives dédiées à l'emploi lors de l'événement, la FNSEA proposera un « job dating », dans le but de rapprocher candidats et entreprises.

En effet, si les agriculteurs sont majoritairement exploitants ou coexploitants (près de 60% d'entre eux), ils comptent aussi de nombreux salariés. Parmi les près de 350 000 exploitations existantes, ce sont environ 130 000 d'entre elles qui comptent des salariés. Lorsqu’on l’interroge sur le sujet, le président de l'Anefa (Association Nationale pour l'Emploi et la Formation en Agriculture, créée en 1992 par les partenaires sociaux), Mickaël Jacquemin (par ailleurs membre de la FNSEA), nous rappelle que la plupart des exploitations comptent un nombre peu important de salariés, pouvant souvent se compter sur les doigts de la main. Des échelles réduites qui ne facilitent pas toujours l'optimisation des processus de recrutement, et qui nécessitent bien souvent de cultiver une certaine polyvalence.

Si les exigences du métier peuvent freiner certains candidats, il existe différentes solutions pour éprouver ses aptitudes à travailler dans l'agriculture. En effet, le secteur a l'avantage d'être ouvert à l'entrée de personnes sans expérience ni diplôme, pour peu qu'elles fassent preuve d'une motivation sincère.
 

Immersion et apprentissage, deux entrées vers le métier, pour aller au-delà des clichés

Si les exigences physiques du métier peuvent freiner certains candidats, des immersions ponctuelles peuvent constituer une porte d'entrée pour évaluer ses aptitudes à l'exercer. Ce type de dispositif est favorisé par l'accord de partenariat signé entre Pôle emploi et l'Anefa, début 2019, dans le but de faciliter le recrutement dans l'agriculture. Les deux établissements s'y engagent à favoriser une meilleure connaissance réciproque de leurs services, à valoriser les métiers du secteur, mais aussi à automatiser sur pole-emploi.fr les offres issues de la bourse de l'emploi de l'Anefa.

 

Des métiers diversifiés

Pour peu que l'on ne s'y soit pas intéressé, on ne soupçonne pas forcément la diversification des métiers, qui s'explique notamment par la montée conjointe de plusieurs phénomènes.
Mickaël Jacquemin explique :  « quand on parle d'agriculture, dans l'image collective, on imagine un métier, deux métiers, trois métiers, mais aujourd'hui c'est plus de cent métiers. Et ce sont des métiers qui sont de plus en plus diversifiés. Il y a de nouveaux métiers qui sont apparus, et d'autres qui vont apparaître. Aujourd'hui sur nos exploitations agricoles, de grandes cultures ou d'élevage, on utilise et on utilisera de plus en plus les nouvelles technologies, qui vont être de plus en plus accessibles financièrement. La robotisation et les outils numériques d'aide à la décision nécessitent des compétences et un niveau de formation assez importants. Et l'intérêt, dans notre métier, c'est d'avoir des compétences et de l'expérience à tous niveaux. »

Ainsi, les besoins de recrutement à satisfaire concernent autant des emplois non qualifiés que des postes de cadres intermédiaires. Les secteurs concernés sont aussi divers que l'aviculture, la vigne, le maraîchage ou les grandes cultures. Et au-delà de ces domaines traditionnels, l'agriculture propose aussi des champs d'innovation, tels que la production de biocarburants et de biomatériaux.

Une diversification des métiers qui s'explique notamment par les exigences de qualité croissantes de la part des consommateurs, nous dit le président de l'Anefa :
« Dans nos exploitations agricoles, on parlait, il y a encore quelques années, de production. Aujourd'hui, les exploitations agricoles se sont diversifiées. Les circuits courts, qui sont mis en avant, autrement dit la consommation de proximité, nous amènent parfois à aller jusqu'à de la transformation sur l'exploitation, de la commercialisation. Et tout cela nécessite de plus en plus d'administratif. » Ainsi, la logique de circuit court conduit à une diversification des métiers, afin de pouvoir maîtriser l'ensemble des étapes du processus. Pourtant, l'image que s'en fait le grand public est trop souvent éloignée de la réalité, estime Mickaël Jacquemin, se rapprochant parfois de celle de « Martine à la ferme ».

Les saisons, une porte d'entrée vers un emploi durable

Au-delà des immersions organisées par Pôle emploi, un autre moment propice à la découverte du métier sont les contrats saisonniers.
Si l'agriculture compte environ 195 000 salariés en CDI, elle est une forte utilisatrice de CDD : un million sur l'ensemble de l’année. Dans un secteur qui connaît d'importants pics de recrutement liés à la saisonnalité, ces emplois sont autant d'opportunités de mettre à l'épreuve sa capacité à travailler dans le domaine.

Le président de l'Anefa explique : « trouver un million de salariés c'est très compliqué, on fait appel de plus en plus à des salariés étrangers, c'est parfois compliqué. Un contrat saisonnier peut être une belle opportunité, pour des jeunes ou des demandeurs d'emploi, de pouvoir très facilement entrer dans une entreprise agricole. Par cette saisonnalité, quelqu'un qui n'a pas de réseau rentre facilement et, suivant ses aptitudes, peut se faire remarquer. »

En ce qui concerne les demandeurs d'emploi, un autre point à souligner est l'existence de passerelles possibles, en matière de compétences requises, pour certains travaux : « On arrive parfois à proposer des missions à des demandeurs d'emploi qui n'avaient pas imaginé travailler dans l'agriculture. Il y a des passerelles qui peuvent facilement être mises en place. Avec les métiers des travaux publics par exemple, on peut faire des passerelles avec les métiers agricoles, au moins au niveau des engins. »
Cette année, le salon de l'agriculture sera l'occasion, notamment via l'espace Agri Recrute, de susciter des vocations et de mettre en lumière les nombreuses opportunités d'emploi dans le secteur.

Plus d'actualités

Article

Prix jeune chercheur Pôle emploi

Dans le cadre de sa politique d’encouragement et de soutien des travaux de recherche permettant d’éclairer le fonctionnement du marché du travail, Pôle emploi reconduit son prix « jeune chercheur », et décernera en 2022 un prix « jeune chercheur » à un docteur ayant soutenu sa thèse en 2021.

Article

Politique Handicap à Pôle emploi : des ambitions à [...]

2021 s’annonce comme une année charnière pour la politique Handicap de Pôle emploi. Si l’établissement se réjouit de dépasser les obligations légales d’emploi des personnes en situation de handicap, 2021 sera l’année de nouveaux défis en matière d’inclusion.

Article

Les emplois francs, une priorité pour favoriser [...]

Le dispositif Emplois francs vient d’être renforcé et prolongé par le gouvernement. Destiné à favoriser l’insertion professionnelle ded jeunes de quartiers prioritaires de la ville, il fait l’objet d’une collaboration entre professionnels de l’emploi. En première ligne sur le sujet, la Fondation Mozaïk livre son retour d’expérience terrain.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

86,2 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par France Travail. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national.

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ex : 33000

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.