Opinions

Isabelle Maimbourg, Directrice générale d’OPCO Mobilités : « Nous sommes tous co-acteurs de la transformation des secteurs de la mobilité »

Si la mobilité est au cœur des préoccupations et débats de société, c’est aussi un secteur d’activité à part entière composé d’une myriade d’acteurs, et autant de défis à relever en matière d’emploi et de compétences. Isabelle Maimbourg, Directrice générale d’OPCO Mobilités, nous livre son analyse.

Publié le  14/06/2024

Portrait_Isabelle-Maimbourg_art_org.jpg

 

Faire de la mobilité, c’est faire circuler des marchandises et des voyageurs d’un point A à un point B (directement ou via), de et vers n’importe où dans le monde, avec un impact carbone le plus faible possible. 

Pour cela, 152 000 entreprises et 1 663 000 collaborateurs sont à pied d’œuvre, rassemblant à la fois des acteurs du transport routier, ferroviaire, urbain, de la logistique, du tourisme, des services automobiles, du maritime, du fluvial, du transport sanitaire, de la manutention ferroviaire… Et une palette de métiers, qu’il s’agisse des conducteurs de voyageurs, des conducteurs poids lourd, des agents de manutention, des carrossiers, des commissaires de bord, des data analystes ou encore des agents de voyages. 

La mobilité est donc un secteur d’une richesse immense, dont les compétences sont à la fois stratégiques et en pleine mutation, faisant face aux enjeux environnementaux et de société qui sont les nôtres. 

Pour que la mobilité durable ne se traduise pas en « zéro mobilité », il faut en effet accompagner nos entreprises dans leur transition écologique. Nous sommes tenus de favoriser les convergences entre les acteurs de la route, du rail, de l’eau, pour concrétiser le développement de la multimodalité. Tout comme nous devons concevoir des transports de marchandises et de voyageurs sûrs et connectés

Ces enjeux s’appliquent à toute la chaîne de valeur des secteurs de la mobilité. À titre d’exemple, la décarbonation de nos activités s’envisage dès la construction des flottes de véhicules jusqu’à l’implémentation de l’éco-conduite. De même, les véhicules électriques ne peuvent se déployer sans bornes de charge en nombre suffisant. 

En d’autres termes, nous sommes tous co-acteurs de la transformation des secteurs de la mobilité. C’est ensemble que nous devons la mener. 

Dans cette optique, il faut aussi préparer aujourd’hui l’évolution de nos emplois et qualifications. Les mécaniciens thermiques doivent se doter de compétences en électrique. Les chauffeurs-livreurs doivent apprendre à livrer de manière optimisée avec un prisme développement durable. Les commerciaux doivent développer une véritable expertise quant à la durabilité et au recyclage des véhicules. Et ainsi de suite. 

La montée en compétences des collaborateurs est donc fondamentale, mais ne se fera pas en un jour. Il faut adapter les savoirs au fil de l’eau et des formations mises en place, en ayant un train d’avance pour ne pas être pris au dépourvu demain.

En parallèle, il faut recruter les femmes et les hommes qui feront la mobilité du futur, dans un contexte où bon nombre de nos métiers sont en tension, notamment parce qu’ils sont mal connus, ou trop souvent perçus à tort comme étant peu attractifs voire pénibles. 

Ces idées reçues, les acteurs de la mobilité les combattent en allant à la rencontre des jeunes dans les collèges et les lycées, des candidats lors de forums pour l’emploi ou d’évènements tels que « Drive To Zero », le salon consacré aux mobilités décarbonées. 

Nous participons en outre aux différentes semaines thématiques organisées par France Travail, et nous menons pour la troisième année consécutive une campagne nationale de promotion de nos métiers adressée au 15-59 ans.

De cette façon, nous nous donnons les moyens de (re)valoriser les métiers et savoir-faire de la mobilité, tout en insistant sur un point fondamental : chez nous, il existe forcément un métier, une entreprise pour tous.

Des profils variés du CAP au Bac +7 sont recrutés. Peu importe leur situation, leur origine, leur niveau de qualification : ils seront les acteurs du changement.

Le champ d’action d’OPCO Mobilités :

 

OPCO Mobilités représente 17 branches et agit pour le renouvellement de la population active et l’adaptation continue des compétences des salariés de la mobilité. Parmi ses principales missions figurent : 

  • La promotion des métiers des branches adhérentes afin de répondre aux besoins en main-d’œuvre ;
  • Le conseil aux entreprises de la mobilité ;
  • L’anticipation des transitions écologiques, énergétiques et technologiques ;
  • La mise en place de plans de développement des compétences. 

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

87,5 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par France Travail. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national.

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ex : 33000

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.