Article

Marché du travail: Nul n’est inemployable!

À Saint-Malo, la première journée du FEB a permis à Pôle emploi Bretagne de présenter toutes les énergies et synergies déployées pour répondre aux besoins en recrutement des entreprises.

Publié le  08/09/2023

À peine lancé mercredi 6 septembre à Saint-Malo, au Palais du Grand Large, par les mots de Loïg Chesnais-Girard, président de la Région, le Forum Economique Breton 2023 (FEB) a vite laissé la place aux ateliers, nourris de prises de parole. Directeur de Pôle emploi Bretagne, Frédéric Sévignon a participé à la table-ronde « Plein emploi, pénurie de talents : les acteurs bretons se mobilisent ». Il était accompagné de Marie-Laure Collet, présidente de l’APEC, Yann Lejolivet, président de la commission Régionale éducation/formation/emploi du Medef Bretagne, et enfin Jordane Pédron, directeur exécutive éducation de la Rennes School of Business. Avec l’un des plus faibles de taux de chômage de France (5,7% au premier trimestre 2023), la Bretagne fait face à des défis dans le recrutement. Et ce dans tous les domaines. « Nous mettons tout en œuvre pour atteindre le plein emploi (5%), les derniers kilomètres sont toujours les plus durs à parcourir. La situation de la Bretagne reste très favorable. Notre enquête BMO (besoins en main-d’œuvre) prévoit 163 440 intentions d’embauche en 2023. Et, on le sait, 80% d’entre-elles se transforment en emplois réels », a indiqué Frédéric Sévignon.

« Toutes les entreprises n’en meurent pas -heureusement-, mais toutes sont touchées » - Yann Lejolivet (Medef Bretagne)

« Il y a une raréfaction des talents, non pas qualitativement, mais quantitativement. Toutes les entreprises n’en meurent pas -heureusement-, mais toutes sont touchées », a reconnu Yann Lejolivet. Pour sa part, Marie-Laure Collet a évoqué l’idée de la création d’une « plate-forme d’attractivité pour faire venir les talents en Bretagne », après en avoir échangé avec Christian Pousset, l’instigateur du FEB. Jordane Pédron a, lui, indiqué que seuls « 14% de nos alumni (ndlr : anciens étudiants) travaillent en région Bretagne quand 76% de nos 5 000 étudiants vient d’ailleurs. Le travail de séduction, d’attractivité démarre en Bretagne : aujourd’hui seuls 18% de nos stages y ont lieu. On peut faire mieux… Nous proposons aux entreprises des partenariats, à l’année, pour développer leur image. »
 

« On expérimente, d’autant plus dans une région dynamique » - Frédéric Sévignon, directeur régional Pôle emploi Bretagne

Une fois posé ce constat unanime, Frédéric Sévignon a présenté les outils utilisés par Pôle emploi Bretagne. « Notamment des innovations sur les processus de recrutement : le dispositif «Du Stade vers l’Emploi», avec, à chaque fois, une centaine de demandeurs d’emploi invités, qui, le matin, sont mêlés à des recruteurs autour d’ateliers sportifs (rugby, basket, athlétisme…), avant que chacun ne révèle qui il est. C’est une approche plus simple, avec moins de stress, d’angoisse pour les demandeurs. Ça se transforme pour 62% d'entre eux en emploi. Il existe aussi l’immersion facilitée, avec un passage d’une à deux semaines dans l’entreprise afin de la découvrir. Nous avons également mis en place une plateforme (mes-aides.pole-emploi.fr) qui propose, pour les saisonniers, une offre d’hébergements, payants ou gratuits, comme nous l’avons fait, avec Espacil, à Lorient cet été. On expérimente, d’autant plus dans une région dynamique », a-t-il avancé, soulignant encore que « les choses se sont inversées : c’est à l’entreprise de se rendre attractive. A Lannion, par exemple, c’est l’entreprise qui fait son propre CV et le propose aux demandeurs d’emploi. Je passe le message : les entreprises doivent être réactives, agir rapidement, pour ne pas perdre les candidats ! » A l’appui des propos de Marie-Laure Collet sur l’inclusion, soulignant « la compétence dormante », le directeur régional, qui a rappelé que les personnes éloignées de l’emploi comme les allocataires du RSA étaient un formidable vivier de talent, a appelé à une « conversion du regard de la part des entreprises » et leur a demandé « d’ouvrir leurs chakras ». « Oui, ça prend du temps. Mais nul n’est inemployable et permettons à chacun de l’exprimer ! » Enfin, Yann Lejolivet a lancé l’idée de l’extension de « la marque employeur à la marque Bretagne, qui coche toutes les cases. Une région où on peut construire un projet personnel et professionnel. ’D’Armor en Argoat’ est un slogan d’avenir », appuyant également l’importance d’un « réseau d’acteurs en co-action ».

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

86,2 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par France Travail. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national.

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ex : 33000

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.