Article

« Breizh’Alternance ». La Bretagne veut accélérer sur l’apprentissage

La Semaine de l’apprentissage, baptisée « Breizh’Alternance », se tiendra du 22 au 26 mai. Avec plus de 50 évènements sur l’ensemble du territoire breton. L’Etat, Pôle emploi Bretagne, Cap emploi, l’association régionale des missions locales, les onze Opérateurs de Compétences et leurs partenaires espèrent accentuer encore le développement des jeunes apprentis pour porter le total régional à 50 000.

Publié le  22/05/2023

« On ne parlera que d’apprentissage partout sur notre territoire du 22 au 26 mai. Cela chez l’ensemble des acteurs de l’apprentissage afin d’avoir une véritable dynamique, un coup de projecteur, pour offrir des perspectives pour des personnes qui n’y pensent pas », lance, enthousiaste, Frédéric Sévignon, le directeur régional de Pôle emploi Bretagne. Dans les locaux de la Préfecture de Région, à Rennes, le dirigeant était aux côtés de Véronique Descacq, directrice régionale de la Direction de l’Economie, de l’Emploi, du Travail et des Solidarités, mais également de l’ensemble des acteurs (Gref Bretagne, Missions Locales, Cap emploi, Opco, Atlas, Afdas, Pro EP, Constructys…) pour lancer la Semaine de l’apprentissage en Bretagne. L’idée générale est de conforter la dynamique actuelle dans la région, où 39 000 contrats d’apprentissage (dont 1,5% pour des personnes en situation de handicap) ont été signés en 2022, soit une hausse de 12,4% par rapport à 2021.

Objectif 50 000 contrats

« Les aides de l’Etat de 6.000€, qui se poursuivent jusqu’à la fin de l’année, ont eu un impact. Nous devons surfer sur cette dynamique bretonne et l’approfondir. L’objectif est, comme la Bretagne représente à peu près 5% de la population française, est d’arriver à 50 000 apprentis. Pour tenir l’objectif présidentiel d’un million d’apprentis. Et, si on dépasse ce chiffre, on sera ravis. L’apprentissage est une formation d’excellence, utile dans la période où les besoins des entreprise sont, plus encore ici en Bretagne, là », lance Véronique Descacq, qui rappelle d’où vient cette appétence nouvelle pour l’apprentissage. « En 2018, on a voulu faire une réforme, en raison du retard par rapport aux autres pays européens, pour intégrer mieux, notamment, les jeunes en difficulté scolaire. Rapprochons l’apprentissage des entreprises, tel était le coeur de la réforme. En Bretagne, dans un contexte de presque plein emploi (5,8%), se trouvent encore accrus les besoins de recrutement pour les entreprises… Si nous avons une tradition de bonnes performances en Bretagne, mais le taux de maintien dans l’emploi peut-être plus important. » Des chiffres apportés par Pôle emploi appuient cette réalité. « Le taux de transformation en CDD ou CDI n’est pas encore au niveau que nous espérions. Il se situe entre 25 et 35%, révèle Frédéric Sévignon. On doit trouver les moyens que cette voie d’excellence se transforme bien en opportunités. Et ce, même si, les jeunes sont très attirés par plusieurs raisons : un contrat de travail, une rémunération, synonyme d’autonomie, des frais pédagogiques pris en charge et une entrée dans la vraie vie, qui leur permet de se sentir partie prenante des résultats, de se projeter, avec, dans un CV, quelque chose de construit. »

Plus de 50 évènement en Bretagne

Pour améliorer ces chiffres débouchant sur un emploi, les acteurs de l’apprentissage participent, à « Breizh’Alternance », par la mise en place de plus de 50 évènements sur la Bretagne. De Lorient à Morlaix, en passant par Loudéac et encore Brest, des découvertes des métiers sont ainsi proposées. Cela va de l’animation à la communication, mais aussi la conduite de machines agricoles ou bien encore des job datings pour l’industrie, ainsi que des webinaires. Pôle emploi a rappelé l’existence d’un site internet dédié au sujet : www.bretagne-alternance.com. « Une plateforme sur laquelle on retrouve une bonne partie des opportunités. On peut parfois rêver que cette base soit celle de référence pour la future organisation France Travail », livrait le directeur régional breton. A noter, encore, que la Bretagne bénéficie d’un Comité régional de l’apprentissage « pour créer une mobilisation de tous les acteurs », souffle Véronique Descacq, rappelant, enfin, que « la vision de l’apprenti corvéable est révolue : les candidats sont très attentifs dans la périphérie du contrat de travail. Si les entreprises veulent recruter, il faut qu’elles offrent des conditions de travail correctes… »
 

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

86,2 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par France Travail. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national.

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ex : 33000

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.